Karuna Spirit ou le réveil de l’artiste intérieur

the awakening of the inner artist

KARUNA SPIRIT
OU LE RÉVEIL DE L’ARTISTE INTÉRIEUR

Un an plus tôt…

Le mental : J’ai toujours été attirée de près ou de loin par l’expression artistique et musicale comme le théâtre, la danse, la photographie, le piano, la guitare, la peinture… Malheureusement je fais partie de celles et ceux qui sont nés sans don artistique. En même si j’en avais, je n’ai rien d’intéressant à exprimer de mon moi profond au reste du monde. Quelle déception et souffrance d’avoir ce besoin presque viscéral en moi et de ne pas avoir les qualités requises pour lui donner forme dans la réalité et le partager aux autres.

L’Âme : Qui te dit que tu n’as pas de don artistique ?

Le mental :

C’est assez factuel. Je rêvais adolescente d’être sur les planches mais impossible de me rappeler plus de deux lignes de texte à chaque fois. Alors je me suis dis que ma carrière d’actrice était déjà terminée avant même d’avoir commencée.

Ne me laissant pas démoraliser, je me suis convaincue que je pouvais exprimer ma sensibilité artistique au travers de la danse. Alors j’ai pris des cours de danse contemporaine mais j’ai arrêté après quelques semaines car je n’arrivais jamais à me rappeler des pas à faire dans les chorégraphies. J’en ai conclu que j’étais une danseuse râtée.

Je me suis dis que si je ne pouvais pas être sur les planches alors ma fibre artistique s’exprimerait derrière. Pendant un an j’ai rejoint l’équipe de bénévoles d’un petit théâtre de Vancouver au Canada. J’ai expérimenté les métiers d’assistante régie, assistante accessoires, décoratrice de scène et assistante du directeur de scène. Puis mon rêve est enfin arrivé. On m’a proposé de faire partie de la prochaine pièce de théâtre en tant qu’actrice. J’ai paniqué et je suis partie le plus loin possible. Je ne voulais pas que l’on découvre que j’étais une actrice dépourvue de talent.

L’Âme : Mais qui t’a dit que tu étais une actrice dépourvue de talent ?

Le mental : Et bien moi.

L’Âme : Mais qui est ce « Moi » ?

(silence et amorçe d’une introspection de très courte durée…puis retour en fanfare du mental)

Le mental :

J’ai embarqué ensuite sur les bâteaux de croisière et j’ai intégré l’équipe technique d’un Grand Théâtre. J’ai baigné dans le monde artistique entourée de musiciens, danseurs, chanteurs, comédiens, poêtes etc. J’étais fascinée par cette intensité qu’ils dégagaient avec tant d’aisance et qui venaient me toucher au plus profond de moi. Où allaient‐ils puiser toute cette inspiration, cette sensiblité, cette profondeur, cette émotion qui nous transcendaient tous malgré nous. Quelle profonde injustice !

L’Âme : Profonde injustice ?

Le mental :

Oui. J’ai passé trois années sur ces bateaux à admirer leur talents artistiques et à critiquer les miens. Un jour j’en ai eu marre de cette comparaison que je m’infligeais au quotidien alors je suis partie.

L’Âme : As‐tu déjà entendu parler du philosophe et théologien Maître Eckhart ?

Le mental : Oui mais très vaguement pourquoi ?

L’Âme : De son vivant, c’est-­à-­dire au XIIIe siècles, Maître Eckhart affirmait que « l’artiste n’est pas une espèce particulière d’homme, c’est chaque homme qui est une espèce particulière d’artiste ».

Le mental : On voit bien que pour dire cela ton Maître Eckhart il n’était pas atteint du syndrôme de la page blanche ! Et puis être artiste pour moi, ce n’est pas uniquement une question de talent. Faut-­il encore avoir des choses intéressantes à exprimer au travers de sa création artistique. Et moi je n’ai ni talent ni inspiration.

L’Âme : Encore ce « Moi » n’est-­ce pas ?

Le mental : Oui encore ce « Moi » et d’ailleurs j’y suis très attachée. Il me rassure, me donne des répères, une identité, une existence.

L’Âme : Pourrait-­il t’enfermer à la fois ?

Le mental : Possiblement.

L’Âme : Tu me parlais de syndrôme de la page blanche il y a quelques instants.

Le mental : Oui c’est exact.

L’Âme : Qu’est-­ce qui entrave selon toi cette page blanche d’être colorée de ton Être ?

Le mental : Et bien je te l’ai déjà dit. Je n’ai ni talent ni idées à partager donc je fige et rien ne sort.

L’Âme : Permet-­moi d’élargir la réflexion en te posant la question suivante : se pourrait-­il que ce qui entrave aujourd’hui et maintenant ton artiste intérieur de voir le jour soit au contraire : les jugements (les tiens et les autres), la peur (du vide, de l’échec, de ne pas savoir comment faire, de décevoir), l’idéal de qui tu devrais être (à tes yeux et aux yeux des autres), la pression imposée part ton juge intérieur (mal-faire, se tromper)…?

Le mental : Je n’y ai jamais réfléchi sous cet angle là à vrai dire. Possiblement. Néanmoins je n’en démore pas sur la certitude qu’on ne s’invente pas artiste ni créatif. On l’est ou on ne l’est pas. D’ailleurs mon artiste intérieure a du mal à comprendre cela et ce n’est pas à défaut de lui répéter. Mais elle est têtue et indisciplinée. Elle ne pense qu’à créer alors qu’elle n’en a pas les moyens. L’Art c’est sérieux. C’est un monde de grandes personnes.

L’Âme : N’est-­ce pas Saint-­Exupéry qui a disait « Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants mais peu d’entre elles s’en souviennent ? ».

Le mental : Oui peut-­être mais là je ne parle pas de collage de gommettes! Je parle de Kandinsky, de Dali, de Paul Klee et tant d’autres dans le monde artistique et musicale. D’ailleurs mon artiste intérieur ne comprend tellement pas cela qu’elle revient de plus belle ces temps-­ci.

L’Âme : De plus belle c’est-­à-­dire ?

Le mental : Et bien elle a décrété qu’elle voulait s’exprimer au travers de la peinture.

L’Âme : La peinture ? Quel beau médium pour exprimer des messages et les partager au reste du monde.

Le mental :

Oui sûrement mais moi je ne sais pas du tout peindre et c’est bien ça le problème.

L’Âme : Qui te dis qu’il faut savoir peindre pour que s’exprime au travers de toi la création universelle ?

Le mental : Tout le monde le sait voyons. Pour exprimer sa fibre artistique il faut ces fameuses pré-­dispositions dont je te parlais sans parler des idées, de l’inspiration etc.

L’Âme : Que tu penses ne pas avoir c’est bien cela ?

Le mental : Tout à fait.

L’Âme : Je te propose d’expérimenter à un petit exercise si tu le souhaites.

Le mental : Oui pourquoi pas. Lequel ?

L’Âme : Et bien ferme doucement tes yeux. Prend trois grandes respirations où tu rallongeras l’expiration pour les rendre les plus apaisantes possibles. Une fois bien installée dans ton espace intérieur tu vas laisser apparaître un magnifique escalier en forme de colimasson. Tu vas descendre pas à pas cet escalier en toute sécurité car c’est lui qui va t’amener vers ta vérité, vers ta propre lumière.

Maintenant que tu es arrivée en bas, regarde devant toi. Il t’attend.

Le mental : Qui ?

L’Âme : Le miroir. Approche-­toi et regarde l’image de ton artiste intérieur se réfléter à toi.

Pose lui des questions, elle te répondra.

Le mental : Très bien. Alors comment t’appelles-­tu ?

L’Artiste Intérieur : Je m’appelle Karuna Spirit.

Le mental : C’est ton nom d’artiste-­peintre ?

L’Artiste Intérieur : Oui.

Le mental : Que signifie t-­il ?

L’Artiste Intérieur : Le terme Karuna fait référence au concept de compassion en bouddhisme. Il signifie apporter de la compassion à soi puis aux autres. C’est le nom spirituel que j’ai reçu au coeur de l’Himalaya en Inde du Nord.

Le mental : Et Spirit ?

Karuna Spirit : Spirit car il y a l’idée d’universalité, de reliance au Grand Tout avec lequel nous sommes tous reliés les uns des autres.

Le mental : Quand as-­tu appris à peindre ?

Karuna Spirit : Je n’ai jamais appris. Je SUIS tout simplement et la création se fait au travers de mes doigts.

Le mental : Je ne comprend pas ce que tu veux dire.

Karuna Spirit : Il n’y a rien à APPRENDRE simplement à ÊTRE.

Le mental : Mais tu es qui alors ?

Karuna Spirit : Et bien je suis l’infinie des possibles qui sommeille en toi

Le mental : Mais comment peux-­tu être l’infinie des possibles en moi si je ne sais pas peindre ?

Karuna Spirit : Tu as entendu mais tu ne sembles pas avoir écouté. Permets-­moi alors de me répéter. Il n’y a rien à APPRENDRE simplement à ÊTRE.

Le mental : C’est un concept que j’ai dû mal à comprendre. Et comment fais-­tu alors pour Être ?

Karuna Spirit : Et bien c’est simple. Il n’y a rien à FAIRE. Simplement à ÊTRE.

Le mental : Tu commences à être très agaçante avec tes réponses qui ne veulent rien dire.

Karuna Spirit : Médite mes mots. Un jour tout prendra sens en toi. Et si tu souhaites tant apprendre, alors apprend plutôt à déconstruire ton système de croyances pour faire place à tous les possibles en toi. C’est dans ces moments-­là que tu passeras de l’ombre à la lumière, de l’artiste endormie au créateur réveillé et tout SERA… tout simplement.

Le mental : Du créateur réveillé ? Tu ne veux pas plutôt dire au créateur éveillé?

Karuna Spirit : L’éveil n’est pas une destination, c’est un chemin de vie. Alors bonne route…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

show

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à mesurer l'audience, gérer votre compte, vous proposer des boutons de partage. Pour désactiver ces cookies, consultez les mentions légales. Cliquez ici.